CULTURE(S)

La culture est essentielle et la preuve de la bonne santé d'un territoire et de ses peuples habitants.

Valorisation du multiculturalisme et multilinguisme dès la maternelle

Toutes les langues et cultures guyanaises doivent être représentées dès la maternelle. Un œil et une

attention particulière doit être donné aux tendances communautaristes.

Les programmes, les orientations et les courants artistiques et artisans doivent être accessibles et montrés dès l'école maternelle.

Soutenir, diffuser les arts et l'artisanat local

La politique locale doit encourager l'ouverture d'espaces de diffusion modernes, multiples et pédagogiques et consolider les Aides à la Création et subventions territoriales. Elle peut, par exemple, ouvrir un marché public par an.

 

Soutenir et appuyer le "maillage" du territoire

Il évidemment que l'art urbain et l'art rural, si différence il y a, ont autant d'importance. En Guyane, il faut éviter également le dangereux clivage Est/Ouest. Encore une fois, toutes les populations doivent être représentée. Pour garantir l'accès égal à la culture, la politique locale doit accorder plus de moyens dans la communication vers les populations lointaines des centres de décisions.
Dans la même idée et lors d'un temps suffisant, il faut prioriser la représentation des Cultures diverses.
-Par exemple, une campagne de mise en place d'Écomusées par toutes les populations locales et autogérés pourrait être proposée.

 

Pédagogie à l'Image dès le plus jeune âge

L'image et sa lecture doivent être "apprise" pour anticiper les problèmes identitaires et sociétaux qu'elle peuvent parfois générer. Cela en ne donnant aucune place à la censure.

Par exemple, par la mise place d'un dispositif pédagogique «IMAGE: moi, nous, les autres» à partir du collège ou avant en information sur les dangers des images et sur les problèmes liés aux réseaux sociaux (accoutumances, addictions, dépressions, etc) ou par la mise en place d'un « JOUR DÉCONNECTÉ » annuel.

Développer l'éducation artistique post-bac

L'ouverture d'un cursus supérieur à l'éducation artistique sur le territoire (ou d'une antenne régionale), accessible à tous et toutes (financièrement et géographiquement) est une priorité.

 

Développer le Marché de l'Art et de l'Artisanat à échelle régionale, nationale et internationale

L'Éducation aux métiers de diffusion de l'art doit être soutenu par la collectivité.
Par exemple, par des campagnes d'achats publiques renforcées et un réel développement du Fond Régional d'Art Contemporain ainsi que des différentes structures de diffusion et d'accueil des professionnels (galeries, musées, associations).

 

Soutenir le développement du dialogue artistique et culturel continental (Antilles/Amérique du Sud)

Les échanges, jumelages et résidences artistiques pluridisciplinaires avec les Antilles et l'Amérique du Sud doivent être prioritaires et soutenus ainsi que l'indispensable tissu associatif.

Porter à la connaissance et personnaliser les aides administratives et financières étatiques aux artistes et artisan.es.

La politique locale doit mettre les moyens dans la mise en place de plusieurs antennes administratives spécialisées sur le territoire permettant le conseil à l'orientation et la recherche de débouchées originales et réalisables en Guyane.

 

Encourager une économie de l'art et de l'artisanat circulaire

Pour permettre d'accéder à la stabilité économique dans ces métiers, ils faut soutenir la création d'une filière de récupération pour les diverses créations, engager la recherche et la technique des matériaux industriels.

Enfin, la diversité culturelle au sein des structures décisionnelles doit être une évidence.

images (4).jpg
téléchargement (5).jpg