ÉCONOMIE

Bâtir la Guyane

Notre objectif est aussi simple que complexe :
Comment faire pour atteindre la plénitude matérielle pour chacun aussi longtemps que possible ?

Voici nos réponses à ce jour :

 


Économie Circulaire et construction de notre industrie

L’économie circulaire, c’est réutiliser les produits à l’infini. Tout d’abord en donnant ou revendant les objets dont a plus besoin.

Pour ce qui est quand même jeté, il s’agit de réutiliser la matière à l’infini (bois, carton, verre etc). Une manière simple et efficace de réduire la pollution tout en créant une filière industrielle légère.


Économie Verte, une filière agricole forte
La base de l’économie est et restera le secteur primaire (agriculture, pèche, bois etc). Nous devons construire et développer notre propre secteur alimentaire pour nous nourrir sainement et à moindre coût. Il convient de redécouvrir et enseigner certaines techniques traditionnelles produisant beaucoup avec une exceptionnelle qualité.


Le bâtiment : un exemple de cercle vertueux
Au coté de l’agriculture et face à la pénurie cruelle de logement disponible, nous voulons relancer les matériaux de construction locaux (bois, briques). Ces matériaux ont fait leurs preuves depuis des siècles pour leurs résistances au temps et aux intempéries. Les techniques de constructions peuvent nous permettre d’avoir un habitat de qualité et abordable.


L’agilité et la réactivité
Il faut rompre avec les plans de développement. Les Guyanais ont des besoins, des envies, des projets. Des indicateurs comme les demandes de prêts ou les métiers en tension nous permettent de réagir rapidement au besoin. Ce n’est pas aux politiciens de dire ce dont les guyanais veulent pour eux-mêmes mais le contraire.


La Petite Entreprise comme modèle
La petite entreprise (moins de 10 salariés) construite en réseau, permet de réagir bien plus vite à la demande que les lourdes machineries des grandes entreprises. Le maillage de proximité permet le conseil, les services, le crédit et la confiance. La petite entreprise a aussi une haute valeur de création d’emplois et est plus résiliente. Certes ce tissu économique peu être fragile, nous devons donc en prendre soin et le développer autant que possible.


Le siècle de la connaissance
Il est indéniable que le niveau de compétence technique s’accroît avec le temps. Les métiers changent de plus en plus vite. Nous pouvons subir ces changements ou les accompagner. L’excellence de la formation professionnelle initiale et tout au long de la carrière doit être visée. Cela permettra d’accompagner l’évolution de l’économie dans un sens profitable à tous.


L’Art de vivre à la Guyanaise
La richesse de la diversité de la culture guyanaise est une ressource que nous devons absolument valoriser. Notre qualité de vie s’en ressentira immédiatement. L’attractivité touristique en interne mais aussi internationale ne peut pas dépendre uniquement du tourisme vert. Il y a une place pour chaque culture, gastronomie ou patrimoine. Veillons à protéger et développer notre art de vivre.

 


Parvenir à résorber la misère, le chômage, est complexe. Nous refusons de simplement donner de l’argent avant chaque élection avec des promesses car une fois cet argent consommé, la misère revient. Nous nous battons pour résoudre le problème de fond. Il faut que chacun gagne ses revenus dignement, durablement, que chacun puisse voir une amélioration de sa qualité de vie et préserve son pouvoir d’achat au maximum.

images (4).jpg
téléchargement (5).jpg